Ski de rando: Besiberri Sud (3024m) et Pic d’Abellers (2982m)

R0005418 copie

Organisation du weekend: prendre la liste des 3000 des Chasse-fantômes, regarder quel massif m’est peu connu, en choisir un: Besiberri. Consulter la météo et le BRA: 3 mais rassurant dans le quart nord-ouest. Voie d’accès classique du Besiberri depuis Vielha: nord-ouest. Parfait. Départ de Bordeaux avec Samuel, on décide de faire les crêtes autour de ce sommet (Besiberri nord et Comaloforno, AD), cela évitera de trop gambader dans la neige.

Bivouac dans la voiture sur le parking à coté du refuge forestier (gite payant), et lever vers 6h30. La montée se fait en alternance à ski et à pied, par manque de neige dans le bas puis à cause de l’escarpement ensuite (cheminement étroit et pentu). Arrivée à l’Estany de Besiberri, le plateau arboré s’étale en face de nous, les 3000 du massif en toile de fond, des airs de Néouvielle. Pas une trace, le massif pour nous tout seul. On continue jusqu’au refuge, posé sur son promontoire, une lourde porte et une dizaine de couchage, très accueillant.

La suite se complique un poil, l’itinéraire passe par le flanc gauche alors que le creux du vallon, en plein centre, semble plus accueillant. On respecte le topo et passons un petit passage raide montrant des signes d’accumulation de neige peu rassurants (vaguelettes de compression).

On parvient en bas du col, montant au plus haut ski au pied, des rochers semblent dessiner un escalier parfait, je m’engage, ski sur le dos et réalise bien vite que le pas foireux du départ n’est pas seul, c’est un enchainement de pas précaires, réalisé rapidement en fouillant la neige activement pour dégager une prise pour les mains qui gèlent à mesure que les prises deviennent trop petites pour être prises gantés. Merdique au possible alors qu’à 2m se situe une belle langue de neige que l’on aurait pu remonter peinard. Je me stabilise enfin, chausse les crampons, m’assure sur un béquet psychologique et envoie la corde à Samuel.

Le col s’atteint ensuite sans difficulté, tout comme le Besiberri Sud. Mais ce n’est pas le cas des sommets aux alentours: le Milieu et le Nord présentent une crête plus effilée que prévu et cornichée. Le Comaloforno n’est pas loin mais les rappels pour l’atteindre semblent tout d’un coup bien plongeants et longs… Bon, ce n’est pas la grande forme, Samuel à la bonne idée de proposer le Pic d’Abellers (2982m), juste de l’autre coté du col, rien que de la marche pour l’atteindre, très bien.

Bivouac au col, le vent, présent toutes cette aprem, n’a pas diminué, on compte déjà un bonnet envolé, la tente, malgré le petit mur de protection manque de partir aussi. 19h, on mange froid, on s’allonge, on est mal parti pour faire fondre de la neige.. 5 minutes plus tard je m’endors. Réveil 3h plus tard, la tente claque, les boules quies aident mais ne peuvent rien contre le flap flap flap flap flap sur les orteils, le haut du crâne et le flanc… Sommeil par intermittence, à chaque réveil, je vois Samuel bouger aussi, il dors encore moins que moi, nuit de merde, vivement le levée du jour !

Encore du vent, abandon de l’idée de rejoindre le Comaloforno par la voie du dessous, plus aisée. Descente agréable, encore une journée de soleil, bronzage sur le plateau, retour à la voiture à midi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s