Frondellas, Aiguille Cadier, Balaïtous et Pic de Cambales

Après la sortie de l’année dernière partiellement réussite, il était temps de rendre visite au Balaïtous et aux sommets au sud. C’est également l’occasion de repérer les lieux avant l’enchainement de l’arête nord occidentale du Balaïtous, de la crête du Diable et de l’arête de Costérillou.

Départ du parking du Plaa d’Aste le vendredi soir vers 21h, nous retrouvons avec Samuel, Clement qui débute l’alpi. Marche de nuit avec l’idée de rejoindre le port de la Peyre St Martin pour y planter la tente. Mais arrivées à 2100m, la curiosité nous fait jeter un oeil à la Toue de Castérie (2100m), abri sous roche peu évident à repérer mais qui s’avère fort confortable. Nous y passons la nuit après avoir damé la couche de neige s’y trouvant.

Le lendemain, 6h, poursuite de cette longue marche d’approche jusqu’au refuge Respomuso puis direction le contrefort Ledormeur où nous empruntons un couloir de neige menant entre la Frondella Central (3055m) et la Frondella (3071m). La Frondella Norte se fait encordée, arête en neige et pente prononcée de part et d’autre. De là, nous redescendons tant bien que mal coté est vers l’Aiguille Cadier. Désescalade en rochers malcommodes difficiles à assurer, neige transformée en soupe épaisse dégringolante, rappel salvateur sur les 25 derniers mètres. Arrivées au pied de l’Aiguille, c’est encore quelques pas autour de PD ou PD+ pour atteindre son sommet effilé. Nouveau rappel pour en descendre.

Descente via le couloir Cadier jusqu’à retrouver les traces de montée se dirigeant vers la Brèche Latour. Il est 16h après la pause, début de l’ascension de la Brèche, nous allons dormir au Balaitous. Le couloir est raide sur la fin mais n’oppose aucune difficulté, c’est plutôt les pas en rocher juste après qui sont plus laborieux et plus exposés ( mais facile à protéger). La poursuite vers le sommet consiste ensuite en une remontée aisée de pente en neige. Bivouac venté un peu au sud du sommet sur une portion plus plate.

Retour par la Brèche et ascension du Pic de Cambales depuis le Port de la Peyre St Martin pour finir les cuisses déjà douloureuses.

Photos annotées (cheminement, difficultés, sommets alentours, etc):

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s